Nouveautés poche juin 2017

Un panier d'exception pour les sorties poches de Juin : petite sélection de cinq pépites, rigoureusement indispensables :

 

  • Dodgers - Bill Beverly

Le road movie d'une loose totale. Ecrit à la serpe magique, ce roman noir d'une allégorie splendide est un raccourci sur ce qui reste de l'Amérique. C'est moche, sale drôle et terrifiant. Urgent.

 

  • Purity - Jonathan Franzen

Pas trés prolifique le Franzen. Et c'est tant mieux : ce qui sera sans doute comme un grand écrivain américain du XXIe siècle, produit un récit de voyage confondant de luminosité. Une fille perdue dans elle même, sous l'emprise d'une mère qui font faire à Franzen de l'orfèvrerie de dialogues, part à la recherche de son père, accompagné d'un cyber copain, cyber délirant. Virtuose.

 

  • Puissions nous être pardonnés - A.M Homes

 

Déjà louangée pour "ce livre va vous sauver la vie", Homes revient dans le nerf de la famille : ceux qui ont réussi, observés par ceux qui ont raté. Harold a un frère richissime et brillant. Mais George, le fameux George, un jour, comme si de rien n'était, pète les plomb. ET Harold récupère la famille, ce qu'il en reste et ce qu'il en advient. Un bazar intégral. Sans doute le poche le plus drôle du moment, sans cynisme mais avec une admiration non dissimulée pour les vies nouvelles en cours de fabrication.

 

  • Tous les démons sont ici - Craig Johnson

 

Pour ceux qui ne connaissent pas Walt Longmire, le détective indien super futé mais nonchalant, il faut combler cette lacune. Pour les autres, ne ratez pas cettte ode sauvage au Wyoming glacé, chevauchée mortelle à la recherche d'un corps enseveli par un psychopathe. 

 

  • Le cercle - Dave Eggers

 

Les réseaux sociaux c'est méga cool. Ou pas. Dave Eggers invente une réalité qui nous effraie : Le cerlce c'est une interrogation sur nos vies digitales qui prennent le large à bord de concept technologiques par fois mal maitrisés. Un très très grand roman, à peine anticipatif, passé un peu inaperçu à sa sortie. Lisez le vite, avant que ne sorte le film qui va défigurer cette littérature exceptionnelle.