KARMAKA - Coup de coeur

Avertissement sans frais : la boîte de Karmaka, d'une taille raisonnable, est à afficher au dessus de votre table de jeu : illustration magnifique et épurée : le ton est donné.

 

Avant toute chose, sachez que cette vie que vous trouvez si moche, si plate, si monotone, comme si finalement vous étiez dans la peau d'un bousier, cette vie là n'est pas la seule. Votre Karma, si vous la jouez fine, va vous permettre d'évoluer.

 

Comment atteindre le nirvana ? en marquant des points et en empêchant les adversaires d'en marquer à leur tour.

 

Voici donc un jeu de cartes, assez stratégique, ou l'arbitrage entre vos quelques actions possibles sera des plus ardus : chaque carte possède une couleur, une valeur et un effet. 

Chaque tour vous permet de jouer le point (pour atteindre un niveau suivant de Karma) d'appliquer l'effet de la carte (pour récupérer d'autres cartes, obliger l'adversaire à se défausser de cartes indispensables ou d'accélérer votre jeu...) ou, troisième action possible, mettre la carte de côté pour votre prochaine réincarnation.

C'est bien la pierre angulaire de l'aventure : choisir, mourir à temps, se réincarner dans les meilleures conditions et atteindre le premier le niveau ultime du jeu. 

Qu'en penser ? ce jeu de format moyen (compter quand même une heure à quatre) est une pure merveille : équilibré et satanique, il pose suffisamment de questions à chaque action, pour qu'une fois réincarné on aie autant d'espoirs que de regrets. C'est la magie de la mécanique et de son système de répartition (points, action, réserve) qui donne une tension permanente : on peut tenter de mourir rapidement pour passer le niveau suivant ou alors continuer de vivre longtemps pour assoiffer l'adversaire et lui piquer ses meilleures cartes.

EXTRA BONUS : à l'intérieur du jeu un sac et une version carte du plateau qui permet d'en faire un jeu de voyage : çà tombe bien on a vraiment envie de  l'emmener partout.

Coup de Cœur.