RAJAS OF THE GANGES

Vous l'avez peut être remarqué, chez 20000 jeux sous les livres, les grosses boîtes ne nous rebutent pas. Et même si notre dernier coup de coeur, KARMAKA était d'un format moindre, il y a quelques semaines que nous brûlions d'impatience de tester en large RAJAS OF THE GANGES, un jeu de la maison HUCH qui, sous des colorations et un plateau résolument Bollywood, semble abriter une mécanique de pose d'ouvriers des plus intéressante.

 

LE CONTEXTE : 

L'inde, XVIe siècle. L'empire Moghol se développe entre le Gange et l'Indus. Les joueurs incarnent des Rajas ou des Ranis, influents princes et princesses locaux et s'efforcent de contribuer à la gloire de l'empire.

 

COMMENT GAGNER :

la victoire s'obtient en croisant la piste de marquage de Gloire et la poste de marquage des richesses. Un concept intéressant qui permet de miser en équilibre sur les deux tableaux.

 

MAIS POURQUOI TOUS CES DES ???

Voui voui c'est la mode des dés. Tant mieux ! Ici ils ont un fonctionnement malin : ils permettent d'acheter des tuiles pour garnir sa province, de fréquenter certains endroits..On dépense des dés mais on peut aussi en récupérer en fréquentant certains lieux.

 

 

COMMENT PRENDRE LES POINTS :

 

LES OUVRIERS : 

Chaque joueur possède au départ 3 ouvriers. Ils permettent de se positionner sur les lieux du royaume pour y réaliser les actions correspondantes et obtenir des points de gloire ou de l'argent.

 

- La carrière qui permet de développer sa province et de remporter de l'argent avec les marchés ou de la gloire avec les bâtiments.

Il faut ici parler de ce vrai plus dans le jeu, un terrain personnel à chaque joueur ou il va devoir placer des tuiles en respectant des consignes de placement liées aux routes de la province. Très belle idée qui, en plus, intervient dans la gestion des ressources (gloire et argent). En plaçant judicieusement ses tuiles on peut aussi obtenir des bonus conséquents (gloire, argent ou dés supplémentaires)

 

Le marché :

On y vend les marchandises présentes dans sa province : une belle source de revenus.

 

Le palais du Sultan :

Les différentes salles permettent d'obtenir des dés ou d'en échanger certains. Les chambres, moyennant un paiement en dé, peuvent vous offrir le poste de premier joueur, de la gloire, des dés, toutes ces choses qui font votre bonheur.

 

Le fleuve :

En déplaçant votre bateau sur le fleuve vous pouvez la encore obtenir, dés, gloire, argent, l'extase quoi...

 

LES AMELIORATIONS :

Les points que rapportent les bâtiments peuvent être augmentés et vous pouvez aussi gérer votre Karma qui a l'énoooooorme avantage de pouvoir retourner un dé quand le jet ne vous satisfait pas.

 

DUREE : 

Le croisement entre la piste Gloire te la piste Argent intervient globalement au bout de 90 minutes ce qui est correct. Cela dit, on ne voit pas le temps passer : la pose d'ouvriers est très rapide, on en place trois par tour, les choses s’enchaînent vite. Le fait de gérer le plateau central plus le plateau perso donne un beau rythme à l'ensemble.

 

DIFFICULTE :

Certes, nous sommes habitués à ce genre de jeu. Mais une fois appréhendé les différents endroits à fréquenter, une fois la mécanique de gains bien intégré, RAJAS OF THE GANGES ne peut absolument pas être considéré comme un jeu difficile, au contraire ! Autour de la table, les hésitations sur les points de règles ont été pratiquement inexistants. Et pourtant on aime bien pinailler. Quand même.

 

REJOUABILITE :

Le système qui définit la victoire (le croisement des pistes de scores) vous donne immédiatement l'envie de refaire une partie en changeant de stratégie. Evidemment. C'est bien joué.

 

En conclusion, un pur jeu de gestion avec placements d'ouvriers, sans extrême originalité mais pleins de détails enthousiasmants qui lui permette d'obtenir un coup de coeur sans équivoque.