Une douce lueur de malveillance

Ecrire est assurément un acte de mémoire. Lire aussi parfois. Dan Chaon le sait : il s'y emploie. Dustin Tillman est psy dans la banlieue de Cleveland. Le genre un peu à la limite de la loose qui se dirait "jusque là, çà va...". Son frère adoptif est libéré de prison après des analyses poussées d'ADN : il n'aurait pas tué ses parents. Mince. Au même moment un de ses patients lui fait part de sa théorie sur les activités d'un serial killer. Et tout à l'air tellement vrai. Dans la mémoire de Dustin, c'est un vrai chamboule tout : on parcourt le manège avec lui et la virtuosité de Dan Chaon est telle que les multiples voyages temporels n'ont aucune influence sur notre compréhension. Tout est limpide bien que tendu. C'est donc un thriller, sans aucun doute, dont le personnage principal serait la mémoire, ce qu'on en fait et ce qu'elle nous fait. Exceptionnellement dense, réaliste et incrusté d'une poésie glaciale, UNE DOUCE LUEUR...est certainement un des grands fleuves de la rentrée littéraire.